• Français
  • English
citation1
twt
fb
citation2
^FBC8DC365F9D9AD4712FDB597B48BB5701A34AA7D28276380B^pimgpsh_fullsize_distr
LT-922060

Vous avez une idée de ce que ça représente de préparer un kickstarter ?

En ce qui nous concerne, on pensait bien que ça allait être du boulot, mais franchement, pas à ce point. Pour tout dire, nous étions deux (Pierre et Didier) quand nous avons décidé de nous lancer concrètement dans cette aventure. Aujourd’hui, nous voilà 7, et nous sommes tous bien occupés.

De nouveaux horizons

Au départ, c’est assez calme. On regarde beaucoup ce qui se fait, on rêve devant certains projets qui déchaînent les passions et on se pose la question du pourquoi pas nous. Enfin plutôt du pourquoi nous. En effet, c’est un peu la base à ne pas oublier. Une fois que le pourquoi est clair, c’est la période des esquisses : quoi, comment, combien, quand. Cela permet d’anticiper un peu ce dont nous aurons besoin pour mettre tout ça en forme. C’est à ce moment qu’une première ébauche des Pledges et Stretch goals est mise en place.
Mais nous sommes encore au tout début du projet…

Le plan

Le plan de communication. C’est la première chose que nous avons démarrée, vers le mois d’août. C’est à ce moment que nous sommes devenus trois avec l’arrivée de Samuel. Il fallait annoncer la bonne nouvelle, préparer les visuels, la charte graphique, trouver des dates et des lieux pour faire des démos (qui sont en cours au moment où vous lisez cette NL), trouver des blogueurs et youtubers susceptibles d’être intéressées par notre projet, leur envoyer des exemplaires, réveiller et animer la communauté autour de quelques jeux concours, de newsletters, bref, faire un peu de bruit.

Il a fallu aussi refaire entièrement le site internet pour le rendre plus robuste et capable de recevoir plus d’infos. Tout ça c’est déjà beaucoup d’heures, de coups de fil, de réunions de calage, de prises de décision.

Pour Capsicum Games, ça correspondait aussi avec la sortie de Siggil et le salon d’Essen, deux événements très chronophages dans la vie d’un éditeur. Autant dire que les journées commençaient à être longues.

Faire des maths

Mais il n’y a pas que ça… Une fois le contenu et les SG en tête, il fallait faire nos calculs (enfin Didier surtout) pour être sur de ne pas se prendre les pieds dans le tapis. Une collecte de devis pour un jeu, ce n’est pas extrêmement compliqué une fois qu’on sait où on va. Mais dans le cas d’un KS, comme rien n’est fixé au départ, ça multiplie vite les options et les lignes dans la feuille de prix !

Tout cela se croisant joyeusement dans tous les sens. Il faut aussi un peu simuler le déroulement de la campagne, pour voir quel est le minimum de lancement et ce qu’on peut faire au niveau des SG. Cela donne de belles feuilles de calcul croyez-moi. Mais au moins, on voit un peu où on va, et cela nous permettra d’une part de vous offrir des SG intéressants, et d’autre part, d’être sûrs de pouvoir vous les envoyer comme promis à temps sans boire la tasse.

A temps ? L’autre gros sujet du back-office : le shipping. Et bien oui, on a envie de pouvoir vous dire combien cela coûtera au niveau des frais de port (au moins une fourchette) et pour nous de savoir comment organiser tout ça au mieux. C’est la moindre des choses. Et c’est parti pour de nouvelles demandes de devis, tableaux comparatifs, construction de solutions pour optimiser les hubs etc…
Ce sont les nuits qui commencent alors à être courtes.

Moteur !

C’est déjà pas mal non ? Et bien ce n’est pas grand chose comparé à la réalisation… Entendez la réalisation du film et de la page KS. Pour le film c’est écriture du script, des textes, choix des acteurs pour lire le texte, des musiques, enregistrements, vérification et corrections des rushs avec Jérémy aux manettes vidéo… tout cela n’a plus de secret pour Pierre, qui en viendrait presque à boire du café, ce qu’il ne fait jamais sinon.

Car c’est encore Pierre que l’on retrouve sur la page KS, avec charte graphique, rédaction, et un paquet d’illustrations, parce que vous le valez bien. C’est là que les deux Antoines, déjà très impliqués dans Fleet Commander 1 et 2, sont de retour sur le pont pour concocter tous les visuels qui vont nous permettre de bien vous montrer ce que l’on vous prépare. Ce qui nous fait 6… vous avez suivi ?

Mister T

Je parlais de 7 au début … C’est lui le septième, pas celui de l’Agence tous Risques je vous rassure (quoique, ça aurait été stylé). Lui il regarde, observe, commente, donne des idées, il a du recul et de la vision. Et comme il a pas mal d’expérience sur le sujet, c’est toujours bon à prendre.

Donc voilà de quoi nos journées sont faites depuis quelques mois : pleines de cartons, tableaux, esquisses, coups de fil, lecture du web, skype etc …

Encore quelques semaines bien intenses comme ça et vous pourrez entrer dans l’aventure pour participer à ce projet avec nous. Et normalement votre part devrait être plus simple 😉

Rechercher

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies. En savoir plus

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close